10 Histoires Mémorables de 2021 qui Nous Donnent de l'Espoir

Author
KarunaVirus
Jun 29, 2022

Summary: Dans cette rétrospective de l’année 2021, les éditeurs de KarunaVirus passent en revue 10 histoires mémorables choisies parmi tous les remarquables récits de l’année. On ne compte plus les héros de l’ombre, les communautés qui s’unissent pour faire face à des catastrophes, le fair-play à tous les niveaux, et bien plus – nous sommes touchés par la capacité de l’esprit humain à s’élever en toutes circonstances.

Nick Fewings | Unsplash
Alors que l'année 2021 s'achève, les rédacteurs de KarunaVirus se penchent sur ce que l'année écoulée nous a appris en voyant les gens choisir l'amour plutôt que la peur.

1. Les héros de l’ombre sont juste sous notre nez

On nous apprend à regarder la scène pour voir les manifestations de grandeur, mais il est clair que les héros se trouvent souvent dans les situations les plus ordinaires du quotidien.

Si vous entrez dans un Walmart tard dans la nuit, il se peut que vous tombiez sur le directeur d'un lycée remplissant les rayons. En Caroline du Sud, le directeur d'une école, Henry Darby, travaille de nuit après des journées d'école complètes et fait don de ses gains à ses élèves en difficulté. Allez courir tôt le matin dans le parc, et vous pourriez rencontrer une légende de la communauté. Le long du front de mer de St Petersburg, en Floride, Al Nixon est assis sur un banc sans prétention, se montrant simplement disponible pour les étrangers. Déposez vos enfants dans le bus scolaire, et leur chauffeur pourrait bien être l'un des plus grands dirigeants du pays. Lorsque Mike Mason, ex-patron du FBI et dirigeant d'une entreprise Fortune 500, a appris que le district scolaire de son comté manquait de chauffeurs de bus, il a trouvé son "troisième chapitre" en conduisant les enfants à l'école.

Alors que Doramise Moreau, concierge, nourrit discrètement des milliers de personnes, Isaac Oduro, chauffeur-livreur, travaille 7 jours sur 7 pour financer une bibliothèque dans son ancienne école primaire au Ghana. Lorsque la violence s'est intensifiée dans un lycée à problèmes de Louisiane, un groupe de pères a commencé à se montrer dans les couloirs de l'école - leur simple présence a transformé l'établissement. Après avoir servi une modeste table pour une personne, une serveuse fond en larmes en lisant un mot laissé par son invitée, une veuve, la remerciant de l'avoir aidée à surmonter son premier repas à l'extérieur depuis le décès de son mari. En Chine, un moine se retrouve à s'occuper de 8 000 chiens errants. En Californie, la séance de photos d'une jeune diplômée mettant à l'honneur ses parents ouvriers agricoles devient virale. Au Royaume-Uni, un enfant de 9 ans atteint d'une infirmité motrice cérébrale est encouragé par ses camarades de classe lorsqu'il se rend pour la première fois à l'école.

2. L'adversité peut être une porte d'entrée pour la compassion

Comme le dit la chanson classique de Leonard Cohen, "Anthem", "Il y a une fissure, une fissure dans tout ; c'est ainsi que la lumière entre". L'année dernière, nous avons été témoins d'innombrables moments de bonne volonté dont la luminosité trouve un endroit pour briller à travers les fissures des épreuves imprévisibles de la vie.

Deux ans après qu'une famille a perdu son fils bien-aimé Trevor, 21 ans, dans un accident de moto, des milliers de personnes font des actes de bonté en son honneur, le jour de ce qui aurait été son 23e anniversaire. Au Canada, un autre accident de moto coûte tragiquement la vie à Nicole et Brent Keryluke, laissant derrière eux leurs deux jeunes enfants. Lorsque les proches sont contraints de vendre aux enchères la voiture classique adorée du couple pour payer les frais médicaux, des inconnus achètent et vendent à nouveau la voiture aux enchères, en faisant don de tous les gains à la famille. En Virginie, Robbie Pruitt s'est fait voler son vélo. Il en a conclu que le voleur en avait peut-être besoin pour se rendre au travail - une idée qui l'a incité à réparer gratuitement le vélo de n'importe qui, et il en a fourni des centaines depuis, nouant au passage de nouvelles amitiés. Après un accident de voiture en 2012 qui l'a laissée paralysée, Pan Jing a cru que sa carrière de danseuse était terminée ; mais aujourd'hui, à 34 ans, elle fait partie d'une équipe de danse en fauteuil roulant qui se produit dans toute la Chine. À Toronto, un groupe compile des boîtes d'amour pour les femmes en quarantaine pandémique dans les refuges pour victimes de violence domestique. Au Cameroun, des réfugiés ont transformé leur camp désertique en une forêt florissante.

Plus récemment, en pleine crise afghane, l'internet a permis de collecter 6 millions de dollars en un jour pour aider à évacuer les Afghans en danger. De nombreuses personnes puisent dans leurs propres souvenirs de détresse et de transitions tumultueuses pour soulager les expériences des autres. En Écosse, la fille d'un réfugié allemand a offert une nouvelle maison à une famille afghane, citant la gentillesse et l'humanité qui avaient aidé sa famille à survivre lorsqu'ils étaient de nouveaux réfugiés. De l'autre côté de l'Atlantique, l'infirmière Tram Pham se retrouve à soutenir certains des dizaines de milliers de réfugiés afghans qui passent par la même clinique médicale où elle a été accueillie par des infirmières alors qu'elle était une réfugiée vietnamienne de 22 ans.

3. Les gens ordinaires peuvent faire en sorte que la nourriture et les abris abondent

Partout dans le monde, la pandémie a accéléré les efforts visant à fournir les aliments et les logements de base pour tous.

Des villages de petites maisons (et même de micro-maisons) ont vu le jour comme logements temporaires pour les sans-abri dans des villes comme Los Angeles, Oakland, Seattle, St. Louis et la Caroline du Sud. La première maison imprimée en 3D à Austin, au Texas, accueillera Tim Shea, 70 ans, qui était auparavant sans abri. À York, au Royaume-Uni, des capteurs de sieste innovantes ont même la capacité de surveiller les signes vitaux de ceux qui les utilisent et d'envoyer des alertes en cas d'arrêt respiratoire. Cette année, nous avons également été témoins de cas où des propriétaires ont ouvert leur jardin pour héberger des étrangers sans abri, devenus des étrangers, puis des amis. Certains ont étendu cette attention au règne animal, comme cet architecte d'Istanbul qui a commencé à créer des maisons pour héberger des chats errants.

Une autre tendance qui nous a fait sourire à travers la pandémie est le déferlement mondial d'offres de nourriture pour quiconque ouvre sa porte.

En Pologne, un "honesty shop" en libre-service propose aux randonneurs des fruits frais, des confitures et des jus de fruits, le tout sur la base d'un système d'honneur. À Assam, en Inde, une hutte de bénédiction invite quiconque à "prendre ce dont il a besoin, laisser ce qu'il peut". À Vancouver, une épicerie où l'on paie ce que l'on veut s'occupe des surplus alimentaires en offrant plus de 30 000 kilos de nourriture par mois. Un mouvement de frigos communautaires s'adresse aux habitants du nord de l'État de New York, de Philadelphie et de Miami. En Californie, une mère a créé un garde-manger sous son porche, tandis qu'en Caroline du Sud, un “petit garde-manger” nourrit 950 personnes. À New York, une femme qui a perdu son emploi dirige un magasin qui nourrit des milliers de personnes.

4. La joie de donner est contagieuse

armi les innombrables histoires de dons que nous avons examinées cette année, une chose est sûre : la joie de donner est une force qui continue à donner.

Nos cœurs ont été réchauffés par des histoires de personnes offrant des maisons à des membres de leur communauté, de l'employé d'un magasin de beignets à une communauté indigène. Dans la Grosse Pomme [New York City], lorsque les résidents d'un complexe d'appartements ont appris que la femme de ménage de leur immeuble, au grand cœur depuis 20 ans, avait été licenciée, ils ont rassemblé des fonds pour lui offrir deux ans de loyer pour un appartement. Dans l'Indiana, lorsqu'un livreur de pizza a commencé à avoir des problèmes avec sa voiture de 28 ans d’âge, la communauté lui a offert un nouveau véhicule. En parlant de véhicule, à Chicago, un DJ de radio s'est retrouvé à plusieurs reprises devant un jeune homme et lui a proposé de l'emmener. Après avoir appris que ce jeune homme de 20 ans marchait tous les jours pendant 3 heures pour se rendre au travail après que son camion soit tombé en panne, des inconnus ont fait un don collectif de plus de 8 000 dollars pour réparer son camion. En Caroline du Nord, ce qui n'était au départ qu'un couple invitant un ami du temps de l’université à dîner s'est transformé en une tradition consistant à offrir régulièrement et gratuitement des repas faits maison à des groupes de 120 étudiants, simplement pour le plaisir de casser la croûte ensemble.

En Ontario, un sympathique employé d'un service de café au volant a dû abandonner ses études à cause de contraintes financières. Il a eu une surprise de taille lorsque des clients se sont rassemblés pour lui offrir des fonds pour ses frais de scolarité afin qu'il puisse retourner à l'école. Au sujet d’étudiants, une lycéenne en passe d'obtenir une bourse d'études de 40 000 dollars pour Harvard l'a transférée à un autre étudiant qui en avait davantage besoin. Des propriétaires d'entreprises ont remboursé les dettes d'études de 83 de leurs employés, tandis qu'un enfant de 8 ans a vendu des porte-clés pour rembourser les dettes de repas de midi de ses camarades de classe ! À propos de dettes, lorsque le Dr Omar Atiq, oncologue médical, a fermé sa clinique après près de 30 ans, il a décidé d'effacer la dette que lui devaient 200 anciens patients. Toujours dérangé par le fait de voir les patients lutter contre la maladie et payer leur traitement, il a fait remarquer : "J'espère simplement que cela leur a octroyé un peu de soulagement et que cela leur sera plus facile pour faire face à d'autres défis qu'ils peuvent rencontrer dans leur vie." Sur une note plus légère, à Rome, nous avons également vu le pape François envoyer 15 000 glaces aux prisonniers pendant l'un des étés les plus chauds jamais enregistrés en Italie. Et la recherche nous en dit plus sur la joie de donner.

5. Quand le désastre frappe, les communautés s'unissent

En 2021, nous avons pu constater à maintes reprises que les communautés avaient le pouvoir de s'unir en cas de crise ou de catastrophe.

Au début de l'année, lorsque la ville de Houston, au Texas, au climat habituellement très clément, a dû faire face à une tempête de verglas sans précédent, des plombiers sont venus de loin pour apporter leur aide ; le propriétaire d'un magasin de matelas a offert un abri à des étrangers en détresse, et un couple a hébergé son chauffeur de livraison pendant cinq jours ! Lors du tragique effondrement d'un immeuble en copropriété à Surfside, en Floride, des bénévoles (et même des chiens !) ont afflué de tous les coins du pays pour répondre avec soin et gentillesse. Lors de l'ouragan Ida à la Nouvelle-Orléans, des infirmières sont restées volontairement toute la nuit pour abriter des bébés de l'unité de soins intensifs aux nouveaux-nés, une salle de concert a servi des repas aux résidents privés d'électricité, et le même propriétaire d'un magasin de matelas de Houston a de nouveau abrité des victimes de la tempête, cette fois dans son magasin en Louisiane, tout en fournissant des camions entiers de matelas et d'autres articles essentiels. Au milieu des tornades dans le Kentucky, des aides-soignants ont protégé leurs résidents âgés des débris tandis que des citoyens ordinaires ont rassemblé des jouets pour les fêtes. Lorsque les inondations en Malaisie ont déplacé des milliers de personnes et établi un record de cent ans, les gens se sont mobilisés de tous les coins pour apporter leur aide, y compris un couple de jeunes mariés qui a offert le festin de leur banquet de mariage annulé aux victimes des inondations.

6. Les affaires et le travail vont au-delà du résultat net

L'année 2021 a été le témoin d'une série de changements dans la façon dont nous travaillons et faisons des affaires.

Outre l'inflation et les vagues de "grande démission", nous avons vu de nombreuses entreprises et États américains augmenter leur salaire minimum à tour de bras : d'Unilever à Costco, de T-Mobile à Walgreens, et même un marchand de glaces. En outre, les recherches sur le bien-être et la santé mentale sont devenues monnaie courante : des entreprises de Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni, d'Écosse, d'Islande, d'Espagne, du Canada, du Japon et des Émirats arabes unis ont expérimenté la semaine de quatre jours. Le travail à distance devenant un pilier dans de nombreux domaines, le Portugal a interdit aux patrons d'envoyer des SMS à leurs employés en dehors des heures de travail. Et un fabricant de boissons japonais espère stimuler la camaraderie et le moral des employés en offrant un distributeur gratuit de boissons lorsque deux employés scannent leur carte d'identité en même temps.

L'humanité a également brillé dans de nombreuses entreprises.

Le PDG du détaillant de cosmétiques Lush a volontiers fermé plusieurs comptes de médias sociaux (une mesure qui, selon les estimations, a fait perdre 13,3 millions de dollars à l'entreprise) après que des dénonciateurs ont révélé des recherches menées par Facebook sur leurs effets négatifs sur la santé mentale des adolescents. À Bunbury, en Australie, la construction d'un parc aquatique a été interrompue pour laisser les oiseaux éclore après la découverte d'un nid d'huîtriers multicolores sur le site. En Californie, lorsque quelqu'un a volé 1000 $ dans un restaurant chinois pendant une panne de courant, la communauté à flanc de montagne a collecté cinq fois le montant perdu pour le rendre à son restaurant bien-aimé. Aux Pays-Bas, en réponse aux 1,3 million de personnes âgées de plus de 75 ans qui déclarent se sentir régulièrement seules, 200 supermarchés Jumbo ont mis en place une nouvelle option de caisse appelée "Kletskassa" ("Chat Checkout") afin d'offrir aux clients isolés un espace où ils peuvent discuter tranquillement tout en faisant leurs courses.

7. Le sport, c'est bien plus qu'un sujet de victoire

Cette année a également été le témoin de quelques moments d'humanité frappants lors des Jeux olympiques de 2020, attendus depuis longtemps et retardés d'un an - un reflet, peut-être, de l'esprit de sportivité qui monte en flèche chez les athlètes d'aujourd'hui.

Parmi les moments forts des JO de Tokyo, des sauteurs en hauteur, du Qatar et d'Italie, qui sont aussi des amis, se partagent l'or au lieu d'opter pour un barrage. "Cela va au-delà du sport. C'est le message que nous transmettons à la jeune génération", a déclaré Mutaz Essa Barshim, du Qatar, après avoir remporté conjointement l'une des finales de saut en hauteur les plus disputées de l'histoire. Une lanceuse de javelot polonaise a vendu aux enchères sa médaille d'argent pour aider un enfant à se faire opérer du cœur, avant de se la faire rendre par la chaîne de supermarchés qui l'avait achetée et avait fait don des fonds pour l'opération du bébé. Alors que le plongeur britannique Tom Daley tricotait dans les tribunes pour une association de lutte contre les tumeurs cérébrales en mémoire de son père, le coureur de haies jamaïcain Hansle Parchment a remercié le bénévole qui a payé son taxi pour arriver à temps pour sa course. Un autre article résume la façon dont un surfeur s'est mis à traduire pour le rival qui l'a battu, dont deux coureurs adverses se sont aidés à franchir la ligne d'arrivée après être tombés, et dont des athlètes concurrents ont été aperçus en train de s'encourager et de se consoler mutuellement.

Au-delà des pros, des héros de tous les jours nous ont inspirés par leurs brillants actes de résilience, de courage et de cœur. Après être devenue légalement aveugle suite à son combat contre le Covid, Laura Sosalla a couru le marathon de Twin Cities avec quatre coureurs guides. Au hockey récréatif, un gardien de but aveugle a aidé son équipe à gagner 9-8. Dans les sports de lycée, une équipe de football de sourds a conquis les cœurs avec sa saison historique, sans défaite, avant les championnats de l'État de Californie. Lorsqu'un coureur adolescent s'est effondré dans une course de cross-country, un coureur de l'équipe adverse s'est arrêté pour l'aider, renonçant à ses propres chances de se qualifier. Dans le sport universitaire, après avoir gagné un match pour l'université d'État de Wichita, un junior est resté pour aider les concierges à nettoyer les tribunes. Et, après que l'entraîneur de football des Michigan Wolverines ait reçu une prime de 500 000 dollars pour le titre de champion de l'Est du Big Ten cette année, il l'a donnée à tous les employés du département des sports qui avaient subi une réduction de salaire au début de la pandémie.

C'était aussi une année révolutionnaire pour les femmes dans le sport. Aux Jeux olympiques, Sarah Gamal -- est devenue la première femme arabe et africaine arbitre de basket-ball. En janvier, Sarah Thomas est devenue la première femme à officier lors du Super Bowl. Dans le football américain universitaire, une tireuse au but est acclamée par ses coéquipiers (exclusivement masculins) lorsqu'elle apprend qu'elle a obtenu une bourse d'études surprise en football. Dans le domaine du hockey, Taya Currie est devenue la première joueuse repêchée dans la Ligue de hockey de l'Ontario. Et au stade de baseball des New York Yankees, une femme de 70 ans est devenue batteuse soixante ans après que sa demande, lorsqu'elle était enfant, ait été rejetée par une lettre du directeur de l'équipe déclarant : "une jeune femme comme vous ne se sentirait pas à sa place dans un bunker".

8. Partout, les gens accueillent les étrangers comme des membres de la famille

Malgré des polarités omniprésentes, il y a partout encore des gens qui accueillent les étrangers comme des amis et des membres de la famille.

Au Canada, une émission de télévision populaire a réuni plus de 50 politiciens de différents bords de l'échiquier politique dans le cadre de "Rendez-vous Politiques à l'Aveugle". Au milieu des tirs de roquettes dans les rues de Gaza en mai, les médecins des hôpitaux arabes et juifs ont continué à travailler avec solidarité. Lorsqu'un infirmier arabe a vu un homme juif allongé sur le sol après avoir été attaqué par une foule, il lui a immédiatement prodigué les premiers soins et l'a amené à l'hôpital. Bien plus loin, dans l'Oklahoma, une adolescente qui s'identifie comme étant juive a apporté 80 dollars à une mosquée locale, demandant à l'imam de les utiliser pour aider les Palestiniens, avec le message suivant : "Je veux que vous leur disiez que cela vient d'une jeune fille juive qui a travaillé toute la semaine en faisant du baby-sitting. Et que nous les aimons et ressentons leur douleur."

Même dans les transactions commerciales et les rencontres quotidiennes, les possibilités jaillissent lorsqu'on est à l'écoute du pouls de nos interconnexions.

Lorsqu'un patient de longue date du Covid-19 prit du retard dans le paiement de son loyer, son propriétaire, qui est aussi une mère célibataire, est intervenu pour l'aider, déclarant simplement : "On ne peut pas l'expulser. Il est malade. Il n'irait pas bien". En Ontario, au Canada, un propriétaire a accepté l'offre la plus basse lors de la vente de sa maison après avoir pris connaissance de l'histoire de sa famille et s'être souvenu des actes de grâce des étrangers à son égard dans les moments difficiles. "Nous ne savons pas comment la vie nous traitera dans 10, 15 ou 20 ans. Alors la meilleure chose à faire est de bien la vivre aujourd'hui", a-t-il déclaré. À Hawaï, un propriétaire d'entreprise a engagé l'homme apologétique qui l'avait volé. À Belfast, en Irlande, un chauffeur de bus a fait un détour pour déposer une femme dans une maison de retraite afin qu'elle puisse rendre visite à sa mère. Le jour de ce qui aurait été le 35e anniversaire de son fils, une mère a payé le gâteau d'anniversaire d'un inconnu. À Los Angeles, d'anciens patients sous chimiothérapie écrivent des lettres pour apporter du réconfort aux nouveaux patients qui doivent recevoir le traitement seuls en raison des précautions prises par les hôpitaux à cause de la pandémie.

En France, un cheval de 15 ans, Peyo, réconforte les malades du cancer dans les couloirs de l'hôpital. Aux Pays-Bas, un conducteur a sacrifié sa propre voiture pour sauver un automobiliste victime d'une crise d'épilepsie. Sur les médias sociaux, un père a partagé le souhait de son adolescent autiste d'avoir des amis pour son anniversaire ; 55 000 souhaits d'anniversaire ont afflué, et le message a été à un moment donné le sujet le plus populaire sur Twitter aux États-Unis. À l'occasion de Thanksgiving, le SMS d'une grand-mère envoyé malencontreusement à un mauvais numéro perpétue une tradition de parenté datant de six ans, et cette histoire fera même l'objet d'un long métrage. À partir d’un mauvais numéro, de vraies belles amitiés peuvent naître. Il y a vingt ans, Gladys Hankerson, aujourd'hui âgée de 80 ans, a composé par erreur un mauvais numéro alors qu’elle cherchait à joindre sa sœur ; un faux pas qui a donné lieu à une amitié chaleureuse avec le jeune homme qu'elle avait appelé par erreur, Mike Moffit, aujourd'hui âgé de 46 ans. En Russie, les pompiers bloquent la circulation pour aider une femme âgée à traverser la route. En Nouvelle-Zélande, une ville ferme ses routes pour protéger une otarie et son petit - pendant un mois entier ! Pendant une tempête glaciale, un hôtel a accueilli gratuitement toute personne touchée.

9. L’innovation pour la planète est en hausse

Cette année, d’innombrables histoires ont généré des vagues massives d’énergie pour prendre soin de notre planète.

Parmi les innovations, on compte un service hospitalier de Taiwan entièrement construit avec des déchets, une chaussée pavée par des panneaux solaires en Hongrie, et des logements imprimés en 3D construits à partir de matériaux biodégradables en Italie. Comme vous l’avez sûrement entendu, les véhicules électriques ont de plus en plus la côte dans le monde. En Norvège, 9 voitures sur 10 vendues sont électriques ou hybrides. En Juillet, l’Allemagne a atteint son objectif de 1 million de voitures électriques sur la route. Aux Etats-Unis, cinq gouverneurs ont opté pour un réseau partagé pour recharger les véhicules électriques. Une nouvelle technologie permet aux bus électriques de se recharger sans fil lorsqu’ils sont à l’arrêt, alors que le bus scolaire électrique fournit de l’énergie au réseau lorsque les enfants sont à l’école. Cette année, les fabricants de véhicules tels que Volkswagen, Fiat, Mercedes-Benz et Ford ont annoncé des objectifs à court terme pour basculer leur offre dans le tout-électrique d’ici 2025 ou 2030.

Et les personnes du monde entier continuent à contribuer à l’échelle individuelle.

En Indonésie, une bibliothèque mobile prête des livres en échange d’objets recyclables. A Cornwall, au Royaume-Uni, une ligue de “pirates du plastique” a collecté 50 tonnes de plastique de l’océan. En Août, un inventeur Hollandais d’une vingtaine d’années a lancé un appareil nommé “Jenny” qui a enlevé près de 9 tonnes de déchets en plastique de la Grande Plaque de Déchets du Pacifique. En Inde, les communautés ont converti le biogaz généré par le gaspillage de nourriture en électricité. Au Nigéria, 14000 bouteilles en plastique ont été emballées avec de la terre pour être réutilisées comme briques pour bâtir des logements.

10. Ne doutez jamais de la capacité de l’esprit humain à faire une citronnade à partir de citrons

Comme le dit le proverbe, “Lorsque la vie vous donne des citrons, faites une citronnade”. Alors que 2021 peut être considérée comme moins choquante que 2020, nous avons été témoins de plusieurs moments incroyables où l’alchimie de l’esprit humain a pu brasser quelque bonne citronnade.

A Lyon, en France, un artiste anonyme remplit les nids de poules de la voie publique et les fissures d’étonnantes mosaïques. En Thaïlande, une crue de rivière plus importante que la normale a permis aux clients d’un restaurant de profiter de leur dîner au milieu des vagues. En Australie, les restrictions de voyage ont empêché Ben Jackson d’assister aux funérails de sa tante, alors – avec l’aide d’un troupeau de moutons – il célébra l’adieu avec un coeur géant. Le printemps dernier, alors que le fameux violoncelliste Yo-Yo Ma effectuait ses 15 minutes d’observation à la suite de son vaccin, il offrit spontanément une représentation qui éleva les esprits de toute la clinique. En Finlande, alors que les températures permettent de geler l’eau, l’architecte-designer Pasi Widgren dessine des images émouvantes dans la neige, pour que chacun puisse apprécier le temps que cela reste. A Seattle, une artiste met en place une pancarte “Petite Galerie d’Art” devant chez elle pour illuminer la journée de ses voisins, et la sienne par la même occasion.

Lors des confinements liés à la pandémie, des taxis immobilisés ont démarré une seconde vie en accueillant des jardins sur leurs toits et ont permis de produire de la nourriture aux chauffeurs et à leurs familles. A Londres, le cortège d’adieu à un glacier de plus de 40 ans de profession a été une procession de camions à glace chantonnant la mélodie familière de ces camions sur le chemin du cimetière. A Melbourne, en Australie, un infirmier en soins intensifs a contacté le groupe de musique pour les enfants - The Wiggles - pour inspirer une jeune patiente atteinte du Covid- 19 avec le syndrome de Down à porter des tubes d'oxygène et sauver sa vie. Et alors que nous nous approchons doucement des fêtes de fin d’année, lorsqu’un homme apprit que sa voisine traversait une période difficile, il accrocha des lumières décoratives de chez lui à chez elle, comme symbole de connexion ; bientôt le voisinage s’illumina de lumière, littéralement et métaphoriquement.



2021 nous a rappelé que chaque moment recelait de forces et de faiblesses, de certitudes et de solidité impermanente, et d’une combinaison de possibilités qui évolue perpétuellement. Merci de nous inspirer quotidiennement avec ces moments où l’amour a été choisi au détriment de la peur. Alors que nous commençons 2022, continuons à respirer au travers de nos toiles partagées de karuna.

Originally posted on ServiceSpace blog

Add/View Comments